Comment visiter à vélo les villages perchés du Var ?

Entre le verdon et la méditerranée, ces boucles crapahutent aux alentours de Draguignan. Senteurs et teintes provençales accompagnent sur 115 Km à la découverte de pittoresques localités.

De Draguignan à Bargemon

À seulement une trentaine de Km de l’agitation littorale de Fréjus et du golfe de Saint-Tropez, visitez à vélo de randonnée ou à vélo électrique (VAE) la contrée de la Dracénie. Coiffée d’un charmant campanile, la tour de l’Horloge surplombe le quartier chargé d’histoire de l’ancienne ville comtale de Draguignan, agrémentée de 2 portes fortifiées. Un bel ensemble de façades teintées relient les places ensoleillées. Le dragon figurant sur les armoiries serait lié à une légende médiévale. L’important passé militaire de la ville se voit dans le musée de l’École nationale d’artillerie. D’emblée, une montée un peu raide sur l’ancienne chaussée de Grasse donne la possibilité de basculer dans le vallon de Saint-Pons et de se diriger en direction de Figanières.

Comment visiter à vélo les villages perchés du Var ?

Première halte colorée au jardin des Senteurs, qui égaye les vestiges du château des comtes de Vintimille. La magnifique chapelle de style architectural roman Notre-Dame-de-l’Olivier annonce la suite du programme. Avançant au cœur des vergers, où s’épanouissent les précieux fruits verts; on s’élève tranquillement en direction d’un premier bourg perché; Callas, qui dévoile un splendide univers de calades et de demeures provençales élancées avec un savonnier; un santonnier et un vinaigrier. Sur une butte voisine, Claviers étage, au-dessus du Riou, son entrelacs de passages et de petites rues fleuries. Perle du haut Var, Bargemon, un peu plus loin; préserve au sein de ses remparts de multiples musées et des fontaines classées. De l’autre côté des crêtes boisées se trouve le plateau de Canjuers; le plus grand camp militaire d’Europe, qui s’étend sur 35 000 ha.

À voir obligatoirement… Le musée des arts et traditions populaires, à Draguignan

Ce musée raconte de façon interactive et passionnante, le patient travail de la vigne, du liège, de la terre, des vergers… de la même manière que le mode de vie régional vers 1800 et 1950.

De Bargemon à Draguignan

On atteint le cours de la Nartuby avec un léger détour par le centre de Montferrat sur lequel veille la chapelle perchée de Notre-Dame de Beauvoir. En obliquant à droite, on tombe brusquement sur le vertigineux bourg de Châteaudouble, suspendu par-dessus le vide. Calades passages voûtés, frontons sculptés ornent ce nid d’aigle féodal, dont les falaises déclinent 350 voies d’escalade, souvent exigeantes. Le circuit à vélo contourne largement le canyon inaccessible à la suite d’éboulements répétés au prix d’une nouvelle élévation à l’ombre d’une forêt.

Dans une clairière, au pied d’une aiguille de tuf noir, le bourg d’Ampus aligne ses harmonieuses maisons de pierres et de tuiles roses. Un chemin de l’eau propose une promenade pittoresque. En pente douce, le col de la Grange (616 m) se franchit facilement pour dégringoler, via Lentier, en direction de l’étonnant dolmen de la Pierre de la Fée. La boucle s’achève au pied des flancs boisés du Malmont (551 m), dont le sommet panoramique est animé d’un sentier botanique.

À voir obligatoirement sur le trajet, l’ancien moulin à huile, à Callas

Jadis, plus d’une vingtaine de moulins prospéraient dans les environs. Intact, celui-ci restitue les secrets de l’oléiculture et de la cueillette à la jarre.