Le Cambodge : une terre d’aventure pour les amoureux de la nature

Forêts, animaux sauvages, lacs, paysages à en couper le souffle… Comme d’autres pays en Asie du Sud-est, le Cambodge attire de nombreux visiteurs chaque année. Un développement en effervescence, malgré une déforestation toujours aussi importante.

Un voyage enrichissant, tant sur le plan culturel que sur la faune et la flore

Faire un voyage au Cambodge vous permettra d’en savoir plus sur la culture des peuples locaux. En plus de découvrir des endroits subliminaux, vous aurez probablement l’occasion de voir des animaux hors du commun, à l’état sauvage ou le plus souvent, malheureusement, en captivité. Éléphants, tigres, singes et autres mammifères seront au rendez-vous. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de croiser en pleine jungle des vestiges du passé !

Au-delà de l’aspect touristique, le pays fait face, comme de nombreuses nations où les animaux sauvages sont présents, au braconnage. Entre la corne en ivoire de l’éléphant, la peau du tigre et bien d’autres, ce fléau mondial ne cesse d’accroître. Et pour cause : les éléments cités précédemment posséderaient des vertus médicales selon la médecine traditionnelle en Chine, ou au Vietnam par exemple. Autre élément à prendre en compte : la déforestation.  Avec un vaste espace de végétation sur ces terres, le Cambodge voit ses forêts peu à peu réduite pour des fins spécifiques, comme pour le bois ou pour puiser dans la terre.

Le Cambodge : une terre d’aventure pour les amoureux de la nature

Une destination de plus en plus prisée sur le marché du tourisme

Devenu un enjeu économique pour le pays, après l’agriculture, le tourisme au Cambodge représente une vraie source financière pour cet état de plus de 16 millions d’habitants en 2017. Doté d’un patrimoine historique riche, le « Pays des Sourires » comme il est surnommé accueille des milliers de touriste chaque année. Les habitants, eux, sont connus pour leur gentillesse et leur hospitalité, d’où ce surnom pour le moins atypique.

Le site archéologique d’Angkor, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, est très fréquenté par le tourisme de masse. Ce qui lui vaut d’être exposé à des conséquences importantes sur la faune et la flore. Les ressources commencent, peu à peu, à manquer à l’appel. Des paysages époustouflants, certes, mais qui n’auront plus le même visage d’ici un demi-siècle…